1er réseau associatif de financement des créateurs d'entreprise
217 plateformes locales qui couvrent tout le territoire français
17 325 entreprises et 45 741 emplois créés ou maintenus en 2018
Accueil > Martine WERY

Martine WERY

 

Martine Wéry, jeune retraitée, est la marraine de Nathalie Cousin, institut de beauté situé à Saint-Hilaire-Cottes.

 Martine Wéry a commencé sa carrière professionnelle au   salon de coiffure famille d'Haillicourt.
 A 21 ans, elle ouvre son premier salon, à 29 ans son    deuxième puis adhère au Hair Club de France où elle  apprend le management, la gestion et l'artistique.
Elle développe son activité de coiffure en ouvrant progressivement 6 salons dans la région (Arras, Isbergues, Auchel, Noeux les Mines et 2 à Bruay la Buissière).

Martine Wéry prend sa retraite mais ne s'arrête pas pour autant et crée une association, Solid'Hair qui regroupe plusieurs salons, pour leur faire bénéficier de son expérience, de ses contacts et de l'animation.

Pourquoi vous êtes-vous investie en tant que marraine ? Quels sont les engagements à prendre ?

Lorsque l'on m'a proposée de devenir marraine, j'ai tout de suite adhéré au principe, ça rentrait dans ma démarche associative. Je faisais déjà bénéficier de mon expérience et de mes contacts au sein de salons de coiffure.
Etre marraine c'est s'engager, c'est accompagner, c'est répondre aux attentes de jeunes chefs d'entreprises dynamiques qui sont en demande.

Qu'est-ce qu'une marraine peut apporter à son filleul ?

On peut apporter un réseau de connassance de professionnels, des contacts de différentes activités et en faire bénéficier autour de soi. C'est un échange de bons précédés. Mais aussi il faut l'aider dans les démarches, les procédures, les aides aux entreprises.

 

Quels conseils pouvez-vous donner à un chef d'entreprise qui hésite à se lancer dans le parrainage ?

Lorsque l'on m'a proposé d'être marraine, j'ai eu un moment d'hésitation, mais je me suis dit, Martine, c'est une opportunité. Tu vas sortir de chez toi, tu vas rencontrer plein de gens avec des métiers différents et tu vas être autour d'une table avec des décideurs, des banquiers, dans des structures que tu ne connais pas du tout, c'est sûr que ça fait hésiter parce c'est du travail, mais alors quel oxygène. Il n'y a pas à hésiter, ça apporte tellement de satisfactions.

 

Lire l'article au complet dans Initiatives en Artois n°7